News

à Libreville, la colère monte face à l’obligation de payer les tests PCR

Publié le :

Les nouvelles mesures annoncées par le gouvernement pour inciter les Gabonais à se faire vacciner contre le Covid-19 suscitent des réactions. Les Librevillois dénoncent une volonté de rendre le vaccin obligatoire et, surtout, déplorent ce qu’ils considèrent comme de l’affairisme du gouvernement qui a décidé de faire payer les tests PCR à compter du 15 décembre, alors qu’il est actuellement gratuit.

Avec notre correspondant à Libreville, Yves-Laurent Goma

Mme Moussavou vient de participer à la prière du dimanche, le 31 octobre 2021. Sa colère est spontanée lorsqu’on lui demande si elle approuve les mesures du gouvernement : « Maintenant, on contraint les gens à aller se faire vacciner ! Pour quelle raison ? Pourquoi vous faites cela ? Nous sommes des humains ! »

Le ministre de la Santé, Guy Patrick Obiang Ndong, a notamment annoncé que le test PCR deviendra obligatoire pour l’accès aux espaces publics dès le 15 décembre. Il a aussi précisé que ce test ne sera plus gratuit. Il coûtera désormais 20 000 FCFA. Cette annonce dégoute les Librevillois croisés ce dimanche.

« Ils disent maintenant que ce qui était cadeau passe à 20 000 et le reste à 50 000 ! Non, arrêtons ! Au Gabon, nous avons des priorités », dit l’un d’eux. « Les 20 000 vont où ? Qui mange ces 20 000 ? », demande un autre. « 20 000 ? On va trouver ça où ? », déplore une Gabonaise qui, devant cette situation, confie qu’elle se fera donc vacciner.

Comme alternative au test payant, le gouvernement invite les populations à se faire vacciner gratuitement. Mais là aussi, les boudeurs sont nombreux.

« Tout ça devient compliqué. C’est comme si on était en dictature, c’est clair », déplore un Librevillois. Un autre reste sceptique : « Est-ce que je suis obligé de me faire vacciner ? Pour quelle raison je me ferais vacciner ? »

Selon les statistiques officielles, 239 personnes sont mortes du Covid-19 au Gabon. Seulement 128 000 sur une population totale de 1,8 million d’habitants ont été vaccinées.

► À lire aussi : Covid-19 : une pénurie de seringues menace la vaccination en Afrique

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

close