News

concert international d’hommages à l’archevêque sud-africain

Publié le :

La mort de Desmond Tutu ce dimanche 26 décembre a ému le monde entier. Les hommages à l’engagement humanitaire du lauréat du prix Nobel de la paix en 1984 se multiplient.

Icône de la lutte contre l’apartheid, source d’inspiration, prisonnier de l’espoir : ce sont ces mots qui reviennent pour qualifier Desmond Tutu, mort des suites d’un cancer ce dimanche.

Depuis l’Inde, le Dalaï Lama revient dans un communiqué sur son amitié durable avec l’archevêque, saluant leur combat commun pour la paix. The Elders, le groupe des sages, fondé par Nelson Mandela et présidé par Desmond Tutu de 2007 à 2013 se remémore une vie de passion et de dévouement pour la justice et la liberté.

« Bonne humeur irrépressible » 

Le monde politique aussi s’émeut de la disparition d’un des plus grands humanistes du monde selon les mots de l’ancien Premier ministre britannique David Cameron. Son successeur Boris Johnson se rappelle la bonne humeur et le leadership de Desmond Tutu, honorant son combat pour la création d’une nouvelle Afrique du Sud. « ll a été une figure essentielle de la lutte contre l’apartheid et de la lutte pour la création d’une nouvelle Afrique du Sud. Nous nous souviendrons de lui pour son leadership spirituel et sa bonne humeur irrépressible ».


A lire aussi: Afrique du Sud: l’archevêque Desmond Tutu est mort à l’âge de 90 ans

Le « combat » de Desmond Tutu « pour la fin de l’apartheid et la réconciliation sud-africaine restera dans nos mémoires », a salué dimanche le président français Emmanuel Macron. Mgr Tutu « consacra sa vie aux droits de l’Homme et à l’égalité des peuples », rappelle le chef de l’État dans un tweet, joignant sa voix au concert international d’hommages à l’ancien archevêque anglican du Cap.

« Tutu a inspiré une génération de dirigeants africains »

De son côté, Elisabeth Moreno, en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes salue la trace indélébile que laissera Desmond Tutu.

Enfin le président du parlement européen David Sassoli s’est exprimé sur Twitter, revenant sur l’engagement d’un « géant de la lutte contre l’apartheid ».

Au Kenya, le président Uhuru Kenyatta a estimé que « l’archevêque Tutu a inspiré une génération de dirigeants africains qui ont adopté ses approches non violentes dans la lutte pour la libération. »

Les hommages devant la maison de Desmond Tutu

Les journalistes sont rassemblés devant cette maison de Soweto au sud de Johannesburg où quelques bouquets de fleurs commencent à être déposés. Ce bâtiment adossé à un restaurant est la dernière demeure de Desmond Tutu jusqu’à qu’il déménage au Cap à la fin de sa vie. C’est dans ces rues, à quelques kilomètres de la maison de Nelson Mandela, que l’archevêque a longtemps lutté contre l’apartheid dans les années 70-80, n’hésitant pas à condamner publiquement et farouchement le régime. C’est d’ailleurs ce courage, cette parole très libre dont se souviennent les quelques Sud-africains qui arpentent la rue et qui salue « la mémoire d’un homme qui n’avait pas froid aux yeux ».  

L’actuel évêque de Johannesburg est également venu rendre hommage, il y a quelques instants, à un grand homme de foi qui combattait toute forme d’injustice, même bien après la fin de l’apartheid. Enfin, les résidents gardent aussi en mémoire un Desmond Tutu accessible qui n’avait pas perdu le lien avec les gens ordinaires, même au sommet de sa célébrité. Un homme aussi plein d’humour, d’un grand charisme, l’un des rares capables de rassembler un peuple sud-africain divisé. 

A lire aussi: Mort de Desmond Tutu: la «nation arc-en-ciel» perd une icône de la lutte contre l’apartheid




Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *