Sports

« Je suis encore prête », confie Rose de Lima

Rose de Lima a encore du répondant au volley-ball et se despatched de taille à défendre les couleurs malgaches.

Rose de Lima ou plutôt Oscar Rose comme elle aime qu’on l’appelle depuis qu’elle est aux Seychelles avec  son fils Mendez qui fêtera bientôt sa cinquième année. Une Maman comblée en fait mais aussi une volleyeuse de grande classe qui entend encore offrir tout son expertise à l’équipe nationale pour les prochains Jeux des Iles. Un report de longévité pour cette attaquante qui en serait à ses cinquièmes Jeux des Iles. Récit.

Midi Madagasikara : Qu’est devenue la Rose de Lima qu’on connaît en équipe nationale pour votre hargne doublée d’un réel expertise.

Oscar Rose : « Je suis restée la même après avoir enfanté mon fils. Je pratique encore le volley dans l’équipe d’Anse Royal aux Seychelles. Une équipe de première division qui me fait toujours confiance ainsi qu’à Melissa, la fille de la grande basketteuse Bao Monique. Preuve si besoin est que je suis encore assez compétitive. »

Midi : Justement la query est de savoir si vous vous sentez encore de taille pour les prochains  Jeux des Iles que vous avez déjà connu à Madagascar, à la Réunion, aux Seychelles et à Maurice ?

Oscar Rose : « Evidemment que je me sens bien dans ma peau et que je fais du volley mes priorités voire mon gagne ache. D’ailleurs, j’ai essayé avec bonheur le seaside volley aux côtés de Melissa et nous sommes arrivées jusqu’en finale. On s’entend bien toutes les deux mais si j’ai à choisir, je préfère le volley tout court docket où je pense que Madagascar a une revanche à prendre. »

Midi : Après avoir échoué et à plusieurs reprises en finale des Jeux des îles, le volley-ball malgache féminin peut-il cette fois envisager de ravir l’or sur notre sol ?

Oscar Rose : »Tout dépend de la préparation mais je pense que si on arrive à faire un amalgame entre les jeunes et les joueuses d’expérience, on peut espérer y réussir. »

Midi : Et l’encadrement ?

Oscar Rose : « Il y beaucoup d’entraîneurs qui en sont capables. Je ne doute pas sur le sujet automobile j’ai confiance au DTN Honoré Razafinjatovo sur le choix à faire . Mais il faut juste trouver le bon équilibre et amener le groupe à s’entendre voir à devenir complice sur le terrain. Car le volley-ball est parfois un sport d’intuition où tout est attainable. C’est également une query de motivation et de moyens. »

Propos recueillis par

Clément RABARY




Source hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.