News

La Corne de l’Afrique se prépare à affronter la pire sécheresse depuis 40 ans

Publié le :

La région de l’Afrique de l’Est est confrontée à « la perspective très réelle » de pluies insuffisantes pour la quatrième saison consécutive, selon l’Organisation météorologique mondiale, une agence de l’ONU. Cette sécheresse historique placerait l’Éthiopie, le Kenya et la Somalie dans une state of affairs d’extrême difficulté, inédite depuis 40 ans.

Le début de la saison des pluies, démarrée en mars, a été « particulièrement sec ». La Corne de l’Afrique a enregistré « des températures plus élevées et des précipitations inférieures à la normale ». Ce second de l’année, du mois de mars au mois de mai, est pourtant connu sous le nom des « longues pluies ». D’ordinaire il fournit 70% du complete des précipitations annuelles.

Telle est l’évaluation du Centre de prévision et d’functions climatiques de l’Igad, l’organisation régionale est-africaine en liaison avec l’Organisation météorologique mondiale de l’ONU. Les agences humanitaires ont d’ores et déjà lancé des appels urgents empêcher « une famine généralisée ».

A écouter : Éthiopie: dans les camps de déplacés à trigger la sécheresse, la malnutrition s’aggrave 

Selon le secrétaire exécutif de l’Igad, Workneh Gebeyehu, ce sont 19 thousands and thousands de personnes qui sont concernées dans la région, dont 15,5 à 16 thousands and thousands ayant besoin « d’une aide alimentaire immédiate » : 6 à 6,5 thousands and thousands en Éthiopie, 3,5 thousands and thousands au Kenya et 6 thousands and thousands en Somalie. Dans certaines events de la Somalie, ajoute-t-il, « la state of affairs est catastrophique ».

Le Dr Guleid Artan, directeur du Centre de prévision, a ajouté quant à lui que « les graves pénuries d’eau et de pâturages entraînent une baisse de la manufacturing alimentaire, des pertes importantes de bétail et d’animaux sauvages et une augmentation des conflits liés aux ressources dans la région ». Et tout indique, conclut-il, que la state of affairs risque empirer.


Ce qui est dramatique dans la région, c’est que ça va faire quatre année de suite qu’il y a une sécheresse. Donc ce n’est pas tant la sécheresse de cette année qui pose problème mais qu’elle intervient dans un contexte de sécheresse. (…) Dire que ça va être sec sur un fond de sécheresse, c’est dramatique.

Wilfran Moufouma Okia, prévisionniste au sein de l’Organisation climatique mondiale



Source hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close