News

La Moldavie et la Transnistrie renforcent les contrôles craignant une implication en Ukraine

Publié le :

Alors que la Moldavie surveille de près la scenario dans la ville ukrainienne d’Odessa, le petit pays de 2,5 hundreds of thousands d’habitants redoute d’être la prochaine cible de la Russie en cas de vaste offensive sur le sud de l’Ukraine et mobilise les forces militaires situées dans le l’État autoproclamé de Transnistrie. La crainte d’une extension du conflit a redoublé près une série d’attaques dans ce territoire prorusse les 23 et 24 avril, et au level de passage entre Varnita, côté Moldavie, et Bender, côté Transnistrie, les recordsdata de voitures se sont allongées.

Avec notre envoyée spéciale à Chisinau, Juliette Gheerbrant

Au volant d’une voiture à l’âge vénérable immatriculée en Transnistrie, Mikail patiente pour rentrer chez lui. Les nombreux véhicules sont au pas : « C’est pour la sécurité de la Transnistrie, opine le quinquagénaire. Avec l’état d’alerte, ils ont renforcé les contrôles. Coté Moldavie, c’est comme d’habitude, mais de notre côté, ils sont sélectifs. »

Un policier qui travaille dans ce level de passage depuis 2014 remarque surtout un changement dans l’autre sens : « Avant, la Transnistrie ne contrôlait que les entrées maintenant elle contrôle aussi dans le sens des sorties. Et ils ont encore ajouté un poste volant. »

Mikail n’est pas inquiet pour autant, il est content material de son type et réfute l’idée d’une implication de la Transnistrie dans le conflit. Pour preuve, elle héberge des réfugiés d’Ukraine : « Le pays les a accueillis comme les siens, pourquoi voulez-vous qu’on s’en prenne à Odessa par exemple ? Non… »

Anastasia est l’une de ces réfugiées et se sentait tout d’abord en sécurité en Transnistrie : « En général, oui, mais, vu les informations, on réfléchit à partir plus loin. »

Les attaques de fin avril ont suscité chez elle panique et peur. Mais pour l’immediate, elle rentre à Bender avec ses deux petits garçons : « Je suis venue retirer de l’argent, il n’y a qu’en Moldavie que la banque me permet de recevoir et retirer des sous pour vivre à Bender. »

Et si les banques ne désemplissent pas, le bureau de délivrance de passeports moldaves est également fortement sollicité depuis 10 jours.

« Beaucoup sont déjà partis et d’autres attendent seulement de régler leurs papiers »

Après les explosions de la semaine dernière en Transnistrie, la Moldavie a renforcé ses mesures de sécurité le lengthy de la zone de l’État autoproclamé et beaucoup d’habitants seraient partis. D’autres s’apprêtent à le faire, comme Marina, une jeune habitante de Tiraspol venue à Varnita chercher un passeport moldave pour sa sœur.


En réalité, on ne se despatched pas en sécurité, même si les informations disent que les gens passent juste pour des démarches administratives ou pour voir des proches. Je n’y crois pas, je pense plutôt que beaucoup sont déjà partis et que d’autres attendent seulement de régler leurs papiers, et ils partent ! Sur Instagram, je suis plusieurs blogueurs de Transnistrie, et ceux qui ont pu le faire sont partis en Europe, par exemple en Italie. Parce qu’on ne sait vraiment pas ce qui va se passer demain. Moi, je suis dans les beginning blocks ! J’ai déjà plusieurs choices pour partir et travailler trois ou six mois. Je me sentirais mieux. Ma mère, je ne sais pas : elle a un travail sérieux ici, elle travaille pour Sheriff. Mais il ne faut pas trop en parler, et elle ne peut pas tout laisser pour partir subitement. On essaye aussi de faire revenir ma sœur et son fils de Russie, et c’est très compliqué. Elle n’a plus de toit sur la tête, son mari est soldat contractuel, il a été enrôlé dans la guerre.

Marina, une jeune habitante de Transnistrie, cherche à quitter la région comme «beaucoup déjà partis»



Source hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close