News

l’accord pour faciliter l’accès la pilule anti-Covid de Pfizer divise

Publié le :

Un nouveau traitement contre le Covid-19 sera bientôt disponible dans les pays pauvres. Après Merck il y a quelques semaines, Pfizer a annoncé, mardi 16 novembre, qu’il va faciliter l’accès à sa pilule anti-covid en cours de développement, sans toucher de royalties sur les ventes dans les pays concernés. C’est un nouveau pas en avant dans la lutte contre la pandémie. Mais il ne satisfait toujours pas les ONG.

Avec notre correspondant à Genève, Jérémie Lanche

PF-07321332. Le nom – provisoire on l’espère – de la pilule de Pfizer risque d’être dur a mémoriser. Ce qu’il faut retenir, c’est que pris dès les premiers symptômes et en complément d’une autre molécule, le traitement pourrait prévenir le risque d’hospitalisation ou de décès dans près de 90% des cas. Ces résultats doivent être confirmés et Pfizer doit recevoir une autorisation de commercialisation. Le groupe pharmaceutique a émis mardi une demande d’autorisation en urgence de sa pilule aux États-Unis.

Comme Merck un peu plus tôt, Pfizer a signé un accord avec le Medecines Patent Pool (MPP) de Genève, une organisation soutenue par les Nations unies et qui est chargé d’accorder des sous-licences aux pays pauvres pour qu’ils développent des génériques à moindre frais. Hervé Verhoosel est le porte-parole d’Unitaid, l’organisation qui a créé le MPP :

« On a un accord légèrement différent avec des pays légèrement différents. Il y avait 105 pays dans l’accord initial, il y en a 95 dans celui-ci. Ces pays représentent tout de même l’équivalent de plus de la moitié de la population mondiale. »

Unitaid veut donc voir le verre à moitié plein. Tout l’inverse de l’ONG Médecins sans frontières qui se dit « découragée » de voir un nouvel accord exclure de grands pays producteurs de génériques comme le Brésil et la Chine, et alors que les groupes pharmaceutiques s’opposent toujours à abandonner leurs brevets dans le cadre du Covid-19.

► À lire aussi : Covid-19: le laboratoire américain Merck présente un médicament contre les formes graves

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *