News

Le concours Miss France, jugé rétrograde et sexiste, évolue lentement

Publié le :

Le concours de Miss France, qui a lieu ce samedi 11 décembre, est un rendez-vous devenu presque aussi traditionnel que Noël. Mais plus les années passent et plus le programme fait polémique : ringard, rétrograde, misogyne…

Rien qu’au sein du gouvernement, le sujet divise. La ministre de la Culture Roselyne Bachelot n’y voit pas d’inconvénient : « C’est un concours sympathique. C’est un concours amusant. C’est un concours glamour. » Élisabeth Moreno, sa collègue à l’Égalité femmes-hommes, n’est pas du même avis : elle déplore des règles dépassées. Mesurer plus d’un mètre 70, être célibataire, sans enfant. La ministre s’interroge : pourquoi écarter les femmes veuves ou déjà mères ?

Des Miss rémunérées

La ministre a reçu récemment Alexia Laroche-Joubert, qui préside la société Miss France, pour en discuter. Depuis, quelques règles ont changé. Les prétendantes au titre sont rémunérées pour leur participation à la finale. La présidente de la société Miss France a aussi reconnu que le critère de célibat était « obsolète ».

Élisabeth Moréno est donc aujourd’hui certaine que le concours va évoluer. Et pourquoi pas s’ouvrir aux candidates transgenres, comme c’est déjà le cas dans certains pays, demande la ministre : « Cela fait partie des réflexions que nous avons eues avec Alexia Laroche-Joubert. Et nous sommes en cours de réflexion sur le sujet, c’est-à-dire que c’est envisageable. »

Le concours dans sa forme actuelle fait l’objet d’une plainte aux prud’hommes. L’association Osez le féminisme dénonce des critères discriminatoires.

►À écouter : Tour du monde des correspondants – Les concours de Miss, au Togo, au Japon, en Irlande et aux États-Unis



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *