News

le contrôle des médias par le gouvernement Orban inquiète l’ONU

Publié le :

En visite dans le pays, la rapporteure spéciale de l’ONU sur la liberté d’expression, s’est dite très préoccupée par la mise au pas des médias sous le gouvernement de Viktor Orban. Elle s’inquiète de l’impact sur les prochaines législatives du printemps 2022.

Avec notre correspondante à Budapest, Florence La Bruyère

Le gouvernement de Viktor Orban domine tellement le paysage médiatique que les prochaines élections législatives risquent de ne pas être équitables. Tel est le constat fait par Irene Khan, rapporteure spéciale de l’ONU, après une semaine de visite officielle dans le pays durant laquelle elle a rencontré des représentants du gouvernement, mais aussi des militants des droits de l’homme, des universitaires et des journalistes.

Aujourd’hui, près de 80% des médias hongrois sont pro-gouvernementaux. Le pouvoir a mis au pas l’audiovisuel public, et il a fait fermer ou racheter par des amis les derniers organes de presse indépendants.

► À lire aussi : Hongrie: la première radio indépendante du pays privée d’antenne

Quasi-monopole de l’information

Résultat : le gouvernement Orban détient un quasi-monopole. Or « dans une démocratie, il ne peut pas y avoir de monopole de l’information », déclare Irène Khan. Elle dénonce aussi le fait que les médias pro-gouvernementaux sont utilisés pour lancer des campagnes de haine contre ceux qui critiquent l’exécutif.

« C’est un environnement toxique, délibérément créé par les dirigeants politiques pour semer la haine et diviser la société », observe Irene Khan. Selon la rapporteure de l’ONU, qui n’a qu’un pouvoir de recommandation, l’Union européenne et ses États membres devraient inciter le gouvernement hongrois à respecter la liberté de l’information. 

► À écouter aussi : Illibérale gestion de l’information en Europe centrale

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *