News

Le président israélien s’excuse après le massacre de 1956 à Kafr Qassem

Publié le :

Soixante-cinq ans après, le président israélien demande pardon pour le massacre d’Arabes israéliens abattus par des militaires pendant la guerre du Sinaï. La Knesset, de son côté, a rejeté une motion visant à reconnaître la responsabilité du pays dans cette tuerie. 

Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul 

C’est en arabe que le président israélien demande pardon en son nom et au nom de l’État d’Israël aux habitants de la localité de Kafr Qassem. « Je m’incline en souvenir des 49 victimes », dit encore Isaac Herzog.

C’est en 1956 que des garde-frontières israéliens avaient ouvert le feu sur les habitants de cette petite ville située en plein centre du pays. Leur crime : avoir enfreint le couvre-feu en période de guerre.

Dans l’attente d’une journée nationale du souvenir

À l’époque, les responsables du massacre avaient été condamnés par un tribunal qui avait qualifié l’ordre d’ouvrir le feu sur des civils de « manifestement illégal ». Mais les peines de prison avaient en fin de compte été commuées. Israël n’avait pas assumé jusqu’à présent la responsabilité formelle de cette tuerie.

Régulièrement, à l’approche de la date anniversaire, les députés arabes du Parlement israélien présentent un projet de loi visant à instituer une journée nationale du souvenir pour marquer la responsabilité du gouvernement israélien. Cette année encore, le texte a été rejeté par la Knesset après avoir provoqué des remous au sein de la coalition gouvernementale.




Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.