News

maintenir les acquis des enfants au 20e mois de fermeture des écoles

Publié le :

Cela fait le 20e mois de fermeture pour les établissements scolaires ougandais. Si une réouverture est prévue en janvier 2022, de nombreuses inquiétudes s’élèvent sur la perte des acquis pédagogiques. Dans les rues de Kampala, l’association Book Drive organise des classes à l’extérieur pour maintenir les connaissances des enfants.

Avec notre correspondante à Kampala, Lucie Mouillaud

Debout, un livre à la main, Daniel 13 ans, lit quelques lignes entouré d’une vingtaine d’autres enfants de son quartier. « Ce matin, j’ai lu un livre, je n’y arrivais pas avant, mais aujourd’hui c’est plus facile. Et maintenant, on va lire un poème. »

« Je vois qu’ils oublient tout ce qu’ils avaient appris à l’école »

À l’origine une simple bibliothèque ambulante dans le quartier populaire de Nsambya, l’association Book Drive organise des exercices de lecture et d’orthographe depuis la fermeture des écoles en mars 2020. Des leçons que suivent les trois enfants de Michael Esegu. « Les enfants sont à la maison depuis tellement longtemps qu’ils en sont devenus lents : ils étaient tous les jours en classe, et ils passent leur temps à jouer. Et je vois qu’ils oublient tout ce qu’ils avaient appris à l’école. »

Pour Mago Hasfa, fondatrice de l’association, l’objectif est d’assurer un suivi minimum pour les enfants privés de classe depuis 20 mois, en particulier venant des familles les plus défavorisées. « La plupart de ces enfants sont déjà laissés pour compte. Beaucoup ne commencent l’école qu’à 9 ans à cause des frais scolaires, assure Mago Hasfa. C’était inquiétant parce que personne ne savait combien de temps les écoles resteraient fermés, et je me demandais ce qui allait leur arriver : parce que pour ceux qui devaient commencer, déjà plus tard que les autres, il n’y a aucune aide. »

Les établissements scolaires doivent rouvrir en janvier 2022. Mais selon le rapport de la NPA, l’autorité nationale de planification, 30% des élèves ne retourneront pas dans leur salle de classe l’année prochaine.

►À lire aussi : Les enseignants du secteur privé ougandais très fragilisés par la crise du Covid-19

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

close