News

manifestation à Buenos Aires contre le remboursement d’un prêt du FMI

Publié le :

L’Argentine doit-elle rembourser les 44 milliards de dollars que lui a prêté le Fonds monétaire international en 2018 ? Ceux qui ne le souhaitent pas étaient dans la rue hier. Des organisations de gauche radicale avaient appelé à manifester pour s’opposer à l’accord de restructuration de la dette que le gouvernement négocie avec l’organisme financier.

Avec notre correspondant à Buenos Aires, Théo Conscience

« Non à l’accord avec le FMI, la dette est envers le peuple », pouvait-on lire sur les banderoles accrochées sur la Place de Mai à Buenos Aires samedi 11 décembre. En dépit de la promesse du président Alberto Fernandez, qui affirmait vendredi sur cette même place que « l’Argentine des ajustements appartenait à l’histoire », les milliers de personnes qui ont battu le pavé hier estiment qu’un accord avec l’organisme financier serait forcément synonyme de plan d’austérité. Selon le militant de la gauche radicale Carlos Aznárez, membre de l’organisation OLP Resistir y luchar, « ça voudrait dire plus de pauvreté, plus de chômage, plus d’inflation, une dévaluation… Le gouvernement le sais très bien, le FMI fixe ses conditions comme il l’a toujours fait. »

Faute d’accord, l’Argentine devra rembourser dès l’année prochaine 20 des 44 milliards de dollars prêtés par le FMI en 2018 à l’administration de Mauricio Macri. Pour Patricia Ramos, enseignante dans la province de Buenos Aires, cette dette, la plus importante jamais accordée par l’organisme financier, est illégitime et ne doit pas être remboursée.

« Elle n’a pas été contractée pour répondre aux besoin de la population dans son ensemble. Si cet argent avait été investi dans des infrastructure ou pour soutenir l’industrie, ce serait différent. »

En dépit de cette mobilisation, les secteurs qui s’opposent à un accord avec le FMI restent relativement marginaux. De fait, le président de centre-gauche Alberto Fernandez espère bien que l’accord qu’il négocie actuellement avec le FMI sera adopté par le Congrès avec le soutien de l’opposition de droite.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *