News

mort du célèbre paléontologue Richard Leakey, le père du «garçon de Turkana»

Publié le :

Le paléontologue kényan de renommée mondiale et homme politique Richard Leakey est mort dimanche à l’âge de 77 ans, a annoncé la présidence kényane. Sa plus célèbre découverte date de 1984, lors d’une prospection au lac Tukana, au Kenya, où il avait mis au jour un squelette quasi complet d’Homo erectus, baptisé « le garçon de Turkana ».

« Cet après-midi, j’ai appris avec une profonde tristesse la nouvelle du décès du Dr Richard Erskine Frere Leakey, l’ancien chef du Service public du Kenya », a déclaré le président Uhuru Kenyatta dans un communiqué dimanche soir.

Richard Leakey, deuxième des trois fils de Louis et Mary Leakey, tous deux paléontologues et archéologues, s’est fait connaître en mettant au jour des indices ayant aidé à prouver l’évolution de l’humanité en Afrique. 

Dans les années 1970, Richard Leakey mène plusieurs expéditions couronnées de découvertes majeures et inédites, dont les premiers crânes d’Homo habilis (vieux de 1,9 million d’années) en 1972 et Homo erectus (1,6 million d’années) en 1975.

Sa notoriété est faite : le magazine Time lui consacre sa Une. Puis en 1981, la BBC publie un documentaire en sept épisodes, dont il est le narrateur et présentateur, sur l’évolution de l’humanité.

Richard Leakey, en Une du «Time», en novembre 1977.
Richard Leakey, en Une du «Time», en novembre 1977. © Time

 

Sa plus célèbre découverte date de 1984, lors d’une prospection au lac Turkana, au Kenya, où il avait mis au jour un squelette quasi complet d’Homo erectus, baptisé « le garçon de Turkana ».


En 1989, il avait été sollicité par le président de l’époque, Daniel arap Moi, pour prendre la tête du Service kényan de la vie sauvage (KWS). Il y mena une vigoureuse campagne contre le braconnage d’ivoire d’éléphants. 

En 1993, son petit avion Cessna s’était écrasé dans la vallée du Rift, au Kenya. Il avait perdu les deux jambes dans l’accident.

Richard Leakey s’est aussi essayé à la politique, il a dirigé plusieurs institutions de la société civile et brièvement été à la tête du Service civil du pays. En 2015, en dépit d’une santé fragile, il avait repris la direction du KWS pour un mandat de trois ans, à la demande du président Kenyatta.

Avec AFP



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

close