News

une cellule néo-nazie dans la ligne de mire des autorités

Publié le :

Les autorités ont mené cette semaine une importante opération dans le Centre-du-Québec pour perquisitionner des propriétés liées à une cellule néo-nazie.

Avec notre correspondante à Montréal, Camille Feireisen

C’était jeudi après-midi dans les petites et d’ordinaire tranquilles municipalités de Saint-Ferdinand et Plessisville dans le Centre-du-Québec.

Une soixantaine d’enquêteurs de la Gendarmerie royale du Canada, des maîtres chien, le groupe tactique d’intervention ont procédé à des perquisitions dans deux propriétés qui seraient liées à un réseau extrémiste néo-nazi, appelé Division Atomwaffen.

Ce groupuscule, fondé aux États-Unis en 2015, est inscrit sur la liste des entités terroristes depuis 2021 au Canada. Le réseau néo-nazi appelle à la violence contre les groupes ethniques et religieux et vise également les informateurs, les policiers et les bureaucrates.

L’enquête sur ce réseau a commencé il y a deux ans. Il n’y a pas eu d’arrestation pour le moment, mais l’intervention policière a duré plusieurs heures et d’autres perquisitions seraient à venir, selon les autorités.

L’opération s’inscrit dans le cadre du programme des enquêtes criminelles relatives à la sécurité nationale.

La Division Atomwaffen a déjà tenu des camps d’entraînement, aussi appelés « camps de la haine », et certains de ses membres ont mené des actes violents lors de rassemblements publics, dont un à Charlottesville, en Virginie (États-Unis), en août 2017.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.